Avion

  • Imprimer

Trois compagnies (Air France, Corsair et Air Madagascar) se partagent le monopole des vols vers Madagascar. Il est aussi possible de prendre Air Austral, en passant par La Réunion, pour arriver directement à Tamatave sur la côte Est, mais je n'ai jamais expérimenté la formule.

Les prix sont comparables pour Air France et Air Madagascar. Pour raisons pratiques, nous avons choisi Corsair, d'ailleurs assez bien moins cher, au départ d’Orly. Nous sommes partis avec Nouvelles Frontières le dimanche 9 mai 2004 à 19h35’ et sommes arrivés à Tana à 6h du matin, sans escale. Ce qui fait une dizaine d'heures de voyage : il n’y a qu’une heure de décalage horaire entre les deux capitales. Au retour, ce fut plus long, puisqu’il y eut d’abord escale à l’île de la Réunion - où les contrôles sont assez tâtillons (on passe en France !). Note: en janvier 2012, il y avait deux heures de décalage horaire, à cause de l'heure d'hiver.

Le prix du billet, très élevé en haute-saison, était raisonnable : 1.422 euros A/R (toujours en 2004) pour deux, assurance annulation comprise. En payant avec carte de crédit, nous bénéficiions d’une assurance-assistance, complémentaire de celle que nous souscrivons à l’année auprès d’une compagnie belge.

A l'intérieur de l'île, Air Madagascar propose de nombreuses liaisons, puisqu'il est pratiquement impossible ou très difficile de rejoindre par route, depuis la capitale, des centres touristiques importants comme Nosy Be, Antsiranana (= Diego Suarez) ou Tolanaro (= Fort Dauphin), par exemple. Même quand une route existe, par exemple vers Toamasina (= Tamatave) et l'île de Sainte Marie, ou vers Tuléar, beaucoup de touristes font le trajet aller en voiture pour voir le pays, et prennent l'avion pour le retour, pour gagner du temps. Il faut cependant savoir que dans ce cas vous devrez aussi payer le trajet-retour de la voiture et de son chauffeur (notamment le carburant qui n'est jamais inclus), ce qui, ajouté au prix du ticket d'avion (+/ 100 euros pour un vol intérieur), grève assez lourdement le budget.

De 2005 à 2011, le prix du billet d'avion chez Corsair, pris longtemps à l'avance et pour une période de 3 semaines en basse saison (par exemple janvier-février et mai-juin) nous a coûté de 400 (une aubaine grâce aux enchères en ligne de Nouvelles Frontières, mais cet heureux temps est terminé) à 800 euros. L'augmentation importante du prix du carburant est sans doute ce qui explique que notre prochain billet frôlera les 1.000 euros... De 2013 à 2016, nous avons encore pu, en nous y prenant plusieurs mois à l'avance, obtenir des billets pour un peu moins de 900 euros.

De l'aéroport au centre de Tana, nous conseillons la navette ADEMA (Aéroports de Madagascar), luxueuse camionnette blanche qui, pour 10.000 Ar. (avec un ticket imprimé où figure le prix!), vous emmènera jusque la gare de la Place de l'Indépendance; il est possible qu'elle vous dépose au pied de votre hôtel ! Vos bagages seront bien protégés et vous aurez un siège confortable et surélevé pour découvrir l'ambiance du pays si c'est votre premier séjour... Evidemment, si vous êtes plusieurs, ce peut être intéressant de prendre un taxi pour 30.000 à 40.000 Ar. (discuter d'un prix ferme avant le départ!): en décembre 2013, j'ai pu négocier le trajet gare routière-aéroport d'Ivato pour 35.000 Ar., en vieille R5.

=

Il semble que la navette ADEMA n'existe plus depuis 2017 : il faut donc prendre un taxi, qui vous coûtera de 40.000 à 50.000 Ar. jusqu'au centre ville.

En 2018, j'ai découvert que la compagnie aérienne AIR AUSTRAL, basée à La Réunion, me permettait d'éviter la capitale, et l'épuisant voyage de nuit pour aller de Tana à Tamatave en minibus (plus de 8h de route, vu l'état déplorable de la nationale 2). Pour ceux qui souhaitent se rendre directement sur la côte Est, c'est la solution idéale, permettant de gagner un jour de voyage ! Le départ a lieu de Roissy-Charles de Gaulle - ce qui permet d'éviter l'agglomération parisienne pour rejoindre Orly, quand on vient de Belgique. Les repas à bord sont aussi plus raffinés, et les sièges un peu plus larges; quant au point fort de cette compagnie, c'est sa ponctualité. En partant le soir, on est à St Denis de La Réunion le lendemain matin, d'où on peut rejoindre, moins d'une heure après l'atterrissage et avec la même compagnie, la grosse ville de Tamatave, capitale de la côte Est. Le billet le plus économique était à 1.016 euros A/R, le vol-correspondance inclus ! Il faut cependant noter que, au retour, l'escale à La Réunion est plus longue (5 heures), et qu'on arrive à Roissy à 5h30', alors qu'on a quitté Tamatave à 12h30' la veille...