Lundi 24 mai

Route vers l'est (Nationales 2 et 5) : de Tana à Andasibe

La matinée est consacrée à diverses formalités importantes : signature d’un nouveau contrat avec Tô, que nous avons décidé de ré-embaucher pour notre deuxième circuit, tant nous sommes contents de ses services ; change d’argent avec Mme X. à qui nous commandons des robes et une nappe (ce sont ses soeurs qui exécutent les broderies pendant qu’elle fait le "marketing" devant l’hôtel) ; transfert des photos des cartes d’acquisition du Nikon coolpix 995 et du memory stick sur 2 CD (dont un de sauvegarde) gravés dans une boutique internet ; visite à un Homéopharma pour nos voies respiratoires en déroute – en quelques minutes, visite médicale gratuite et produits homéopathiques destinés à renforcer les défenses immunitaires. Les gouttes d’eucalyptus sont de rigueur (que c’est fort !).

Dès l’après-midi, cap à l’est pour presque deux nouvelles semaines, direction Toamasina (l’ancienne Tamatave), par la N2.

De ce côté aussi, la route des Hauts-Plateaux est superbe, avec ses beaux paysages de collines et rizières, avec rivières et rochers pleins de lessive !

On s’arrête pour dîner (la photo est prise du seuil du « resto ») dans le gros bourg de Manjakandriana. C’est l’occasion de se réapprovisionner en fruits : nous avons pris goût au punch à base de rhum et d’agrumes pressés par notre chauffeur chaque soir : c’est devenu un rite immuable ! On goûte au koba, le gâteau malgache fait de bananes, riz et cacahuètes. C’est aussi l’occasion de faire quelques belles photos des gens sur le marché : ils ne sont pas farouches et les enfants sont toujours aussi beaux...

KobaDepuis le seuil du resto à Manjakandriana

Jeune fille avec son petit frère

Le paysage devient de plus en plus accidenté et luxuriant.

Paysage en terrasses

Le long de la route, une jeune fille avec son petit frère dans les bras - c'est très fréquent ici - vend des paniers d’écrevisses de rivière : on ne sait plus ce que c’est chez nous !

Vendeuse d'écrevissesEcrevisses

Arrêt à Moramanga, où faute d’une bonne pâtisserie renseignée par le Routard, on achète un jeu de cartes dans une boutique tenue par des Chinois, très nombreux dans la région, car ils ont beaucoup travaillé au chemin de fer (inutilisable et inutilisé à présent) et au canal des Pangalanes.

Notre objectif est le parc National d’Andasibe. Arrivée au lodge Feon’ ny Ala, en bordure du parc du Périnet. On y est logé dans des paillottes situées dans un splendide environnement tropical, bien fleuri, près d’un étang. La nourriture y est de plus franchement bonne.

Bungalows du Feon’ny AlaVue sur le Parc du Périnet